tarder

tarder

tarder [ tarde ] v. intr. <conjug. : 1>
XIIe; targer 1080; lat. tardare, de tardus
1Se faire attendre; être lent à venir. « Je languis après une lettre qui tarde » (Apollinaire) . Les résultats ne tarderont pas. Ça n'a pas tardé !
2(XIIe ) (Personnes) Mettre beaucoup de temps, être lent à faire qqch.; rester longtemps avant de commencer à agir. Ne tardez pas, décidez-vous. Venez sans (plus) tarder. promptement, rapidement, vite.
♢ TARDER À (et l'inf.). « Mais pourquoi tant tarder à m'ouvrir cette porte ? » (Hugo). Un homme qui « ne tarderait guère à découvrir la fourberie » (Lesage). Je ne vais pas tarder à partir.
3(Choses) TARDER À QQN : vx sembler long à venir, être attendu avec impatience. « Que ton retour tardait à mon impatience ! » (Racine). Mod. (avec un pron.) Le temps me tarde d'arriver chez vous.
Impers. (avec l'inf.) Exprime l'impatience de faire, de voir se produire qqch. Il me tarde d'avoir les résultats (cf. Avoir hâte de, être pressé de). (Avec que et subj.) « Il me tarde que ce cahier soit achevé » (A. Gide).
⊗ CONTR. Dépêcher (se), hâter (se).

tarder verbe intransitif (latin tardare) Être lent à faire quelque chose : Vous avez trop tardé. Être long à venir, à se produire : La réponse tardait à venir.tarder (difficultés) verbe intransitif (latin tardare) Construction 1. Tarder à (+ infinitif) : il tarde à parler. Tarder de (+ infinitif) n'est plus employé aujourd'hui que par archaïsme de style : « Je ne tardai pas d'aller mieux »(A. Gide). 2. Il me (te, lui, etc.) tarde de (+ infinitif), que (+ subjonctif) : il lui tarde d'agir ; il me tarde que nous soyons arrivés. ● tarder (expressions) verbe intransitif (latin tardare) Ne pas tarder (à), être sur le point de faire quelque chose, de se produire : Nous n'allons pas tarder à partir. Sans (plus) tarder, sans attendre davantage, tout de suite. ● tarder (synonymes) verbe intransitif (latin tardare) Être lent à faire quelque chose
Synonymes :
- lanterner (familier)
- traînasser (familier)
- traîner
Contraires :
- se dépêcher
- se hâter
tarder verbe transitif indirect Il me tarde ou, dans la langue littéraire, le temps me tarde, je suis impatient : Il lui tarde que ce procès se termine.tarder (expressions) verbe transitif indirect Il me tarde ou, dans la langue littéraire, le temps me tarde, je suis impatient : Il lui tarde que ce procès se termine.

tarder
v.
rI./r v. intr.
d1./d Tarder à (+ inf.): différer de (faire qqch), mettre longtemps pour. Tarder à partir.
d2./d Mettre du temps à venir, se faire attendre. Sa réponse n'a pas tardé.
rII./r v. impers. Il me tarde de (+ inf.): j'ai hâte de. Il me tarde de finir ce travail.

⇒TARDER, verbe
A. — Empl. intrans.
1. [Le suj. désigne une pers. ou une chose] Mettre du temps à arriver, à se produire. Si bien qu'un jour elle attendait un autre et que cet autre atrocement tardait (VERLAINE, Œuvres compl., t. 1, Jadis, 1884, p. 383). Il leur avait justement demandé des ordres (...). La réponse tardait, il l'attendait par le courrier de l'après-midi (ZOLA, Germinal, 1885, p. 1429).
Ça n'a pas tardé. Cela s'est produit aussitôt, très tôt. (Dict. XXe s.).
2. [Le suj. désigne une pers.]
a) Différer de faire quelque chose, mettre du temps à faire quelque chose. Sussex: Et quand le bourreau tarde, nous connaissons tel roi qui porte à sa ceinture une dague qui remplit merveilleusement l'office de la hache (DUMAS père, C. Howard, 1834, IV, 7e tabl., 1, p. 292). Maman écrira demain à M. Després, car nous sommes fort à sec. Mais j'ai peur qu'il ne tarde dans l'envoi des monacos, si toutefois il en a à nous envoyer (FLAUB., Corresp., 1871, p. 257).
Sans (plus) tarder, loc. adv. Aussitôt, sur le champ. Partons sans tarder, partons à l'instant même (DUMAS père, Noce et enterrement, 1826, 1er tabl., 7, p. 88). Il faut (...) que je mette sans plus tarder l'étude en train (DU BOS, Journal, 1926, p. 107).
b) S'attarder, perdre du temps. Et vraiment, si vous me permettez ces réflexions, je crois qu'à l'âge où je suis, il est convenable de se mettre à marcher sans lisières. Tarder plus longtemps serait s'exposer à ne savoir mettre un pied devant l'autre de sa vie (M. DE GUÉRIN, Corresp., 1835, p. 225). Nous ne pouvons pas laisser assassiner Thérèse Chourle. Nous n'avons que trop tardé, atermoyé, réfléchi, prié. Il faut filer tout de suite (ARNOUX, Crimes innoc., 1952, p. 289).
B. — Empl. trans. indir. Tarder à
1. Qqc. tarde à qqn. Être attendu avec impatience, sembler long à arriver, à se produire. Le temps, l'heure (vx) me tarde de partir. (Dict. XIXe et XXe s.).
2. Qqn, qqc. tarde à (ou de, vx) + inf. Mettre du temps à, s'y prendre tard. Tarder à se décider. Voilà le vieux duc de Lenoncourt mort, dit le baron (...) le premier gentilhomme de la chambre du roi n'a pas tardé de rejoindre son maître. J'irai bientôt aussi (BALZAC, Béatrix, 1839, p. 47). Et, comme rien n'est plus aisément triste qu'un homme qui regarde rire les autres, la mélancolie, à laquelle il était sujet, ne tarda pas à s'emparer de lui (MUSSET, Mimi Pinson, 1845, p. 234). Dans les cafés quand un garçon tarde à prendre la commande, Charles Schweitzer s'empourpre de colère patriotique (SARTRE, Mots, 1964, p. 26).
3. Il tarde à qqn de + inf., que + subj. Quelqu'un est impatient de faire quelque chose, de voir arriver quelque chose. Il tardait aux colons, en effet, d'échanger, pour cette vaste et saine retraite (...) leur insuffisant abri des Cheminées (VERNE, Île myst., 1874, p. 171). Il me tarde que ce cahier soit achevé; je n'y écris rien qui vaille; mais je ne le quitterai qu'achevé... (GIDE, Journal, 1915, p. 523).
Prononc. et Orth.:[], (il) tarde []. Att. ds Ac. dep. 1694. Étymol. et Hist. I. A. 1. 1119 intrans. « (d'une chose) être lent à se produire » (PHILIPPE DE THAON, Comput, 2443 ds T.-L.: Li setmes [embolismes], quant qu'il tarst...); 2. ca 1170 id. « (d'une personne) être lent à se décider, à agir; hésiter » (CHRÉTIEN DE TROYES, Erec, éd. Roques, 473: La pucelle ne tarda plus, Par la main l'an mainne leissus); 1176 réfl. soi tarder a + inf. subst. (ID., Cligès, éd. A. Micha, 1557: La reïne au dire se tarde); 1176-81 tarder a id. (ID., Chevalier au lion, éd. M. Roques, 2897: Al reconoistre molt tarda); id. soi tarder de + inf. (ID., op. cit., 4504); 1549 ne tarder à + inf. (CL. MAROT, Complainte d'un pastoureau chrestien, 264 ds Œuvres lyriques, éd. C. A. Mayer, pp. 56-57); 3. 1176-81 « se faire attendre, mettre longtemps à venir » (CHRÉTIEN DE TROYES, Chevalier au lion, 4970: Li palefroiz ne tarda mie, En li amainne et ele monte). B. 1. a) Ca 1165 unipersonnel, + datif désignant une pers. « attendre avec impatience » (BENOÎT DE STE-MAURE, Troie, 20369 ds T.t.: Mout lor tarde, mout lor demore); ca 1170 id. suivi de que + subj. (ID., Erec, 5982: molt me tarde que je l'oie); 1552 il me tarde que je ne + ind. (RABELAIS, Quart livre, 48, éd. R. Marichal, p. 201, 90); 1664 il nous tardoit de + inf. (PERROT D'ABLANCOURT, Lucain d'apr. RICH. 1680); b) ca 1170 signant une pers. « être attendu avec impatience par (quelqu'un) » (CHRÉTIEN DE TROYES, Erec, 707: Erec tarda molt la bataille); 1268 li tarde l'eure que + subj. (Claris et Laris, 7416 ds T.-L.); 1549 (EST.: il n'y avoit chose qui luy tardast tant que de...); 2. ca 1165 unipersonnel « se prolonger, durer, traîner » il tart (BENOÎT DE STE-MAURE, Troie, 17707 ds T.-L.); ca 1170 ne tarda que + ind. (CHRÉTIEN DE TROYES, Erec, 1865). II. Ca 1145 trans. « reporter à plus tard, différer » (WACE, Conception N.-D., 362 ds T.-L.). Du lat. tardare trans. « retarder, ralentir, arrêter », intrans. « tarder, être en retard ». D'un fréquentatif lat. vulg. tardicare, est issu l'a. fr. targier ca 1100 intrans. « s'attarder » (Roland, 338), réfl. ne soi targier de + inf. « ne pas être en reste; avoir du cœur pour » (ibid., 1345). Fréq. abs. littér.:2 766. Fréq. rel. littér.:XIXe s.: a) 4 418, b) 4 762; XXe s.: a) 3 009, b) 3 628. Bbg. QUEM. DDL t. 21.

tarder [taʀde] v.
ÉTYM. V. 1119; var. targer, 1080, Chanson de Roland; targier, XIIe (jusqu'au XVIe); lat. tardicare ou tardiare, de tardus. → Tard.
———
I V. intr.
1 Vx. (Sujet n. de personne). S'arrêter, traîner en chemin. Attarder (s'). || « Il a bien tardé en chemin » (Académie, 1694).Spécialt, vx. Séjourner, s'attarder dans un lieu.
2 (Sujet n. de chose). Se faire attendre, être lent à venir. || Je languis (cit. 20) après une lettre qui tarde.
3 (XIIe; sujet n. de personne). Mettre beaucoup de temps, être lent à faire qqch., rester longtemps avant de commencer à agir. Traîner (fam.). || « C'est, dit-il, afin de m'aider (cit. 1) À recharger ce bois; tu ne tarderas guère » (La Fontaine). || « Prince, que tardez-vous ? Partez en diligence » (cit. 6, Racine).(Sujet n. de chose). Demander du temps avant de se produire. || Me voici prêt à écrire la notice, ce qui tardera très peu (→ Opuscule, cit.).
(1545, in D. D. L., sans plus tarder). || Sans tarder. Aussitôt, bientôt; champ (sur le). || « Gardes, obéissez sans tarder davantage » (cit. 6, Racine). || Dès (cit. 4) demain, sans tarder plus longtemps. || Sans plus tarder.
(V. 1175). || Tarder à… (et l'inf.) : s'y prendre tard, mettre longtemps pour… Demeurer (à…), différer (supra cit. 5 : différer à…, de…). || « Que (1. Que, cit. 58) tardez-vous, Seigneur, à la répudier ? » (Racine). || Il ne tarderait guère à découvrir la fourberie (→ Jeu, cit. 50).Quand le sommeil tarde à descendre (→ Rêverie, cit. 16).
1 Mais pourquoi tant tarder à m'ouvrir cette porte ?
Hugo, Hernani, I, 3.
Vx ou archaïsme. || Tarder de… || « Peut-être nos campagnes ne tarderont-elles guère aussi de renoncer à s'exprimer… » (Hermant, les Samedis de M. Lancelot, p. 151).
4 (Mil. XVIIIe; sujet n. de chose). Vx. || Tarder à (qqn) : sembler long à venir, être attendu avec impatience. || « Que ton retour tardait à mon impatience ! » (Racine, Bajazet, I, 1).Vx. || L'heure me tarde de… (et l'inf.) : je suis impatient de… || « L'heure nous tardera d'en voir l'expérience » (Corneille, Don Sanche, III, 2).Mod. || Le temps me tarde de… (et l'inf.). || Le temps lui tarde que… (et subj.).
Mod. Impers. || Il tarde à (qqn) de… (et l'inf.) : il (elle) ressent l'impatience de faire, de voir se produire qqch. || Il me tarde d'avoir achevé de recopier ce chapitre, pour pouvoir pousser (cit. 50) plus avant.(Avec que et le subj.). || « Il me tarde bien que je sois hors d'affaire » (Académie).Vx. (Avec ne explétif). || « Il me tarde déjà que je n'aie des habits raisonnables, pour quitter vite ces guenilles » (Molière, le Mariage forcé, II).
2 (…) voilà ce qu'il me tarde de savoir : dans un mois je l'aurai su.
Sainte-Beuve, Correspondance, 782, 10 mai 1838.
3 Il me tarde que ce cahier soit achevé; je n'y écris rien qui vaille (…)
Gide, Journal, 13 déc. 1915.
———
II V. tr. (V. 1155). Vx. Retarder (cf. Malherbe, Sur le mariage du Roi et de la Reine, strophe 7).
CONTR. Accourir, hâter (se).

Encyclopédie Universelle. 2012.

Поможем написать курсовую

Regardez d'autres dictionnaires:

  • tarder — Tarder. v. n. Differer en sorte que ce qu il y a à faire ne se fasse pas a temps. On a trop tardé à envoyer le secours. il ne faut pas tarder un moment. la chose presse, que tardons nous? pour peu que l on tarde, on laissera passer l occasion. Il …   Dictionnaire de l'Académie française

  • tarder — Tarder, Moram facere, et inferre, voyez Targer. Tarder quelque peu, Habere aliquid morae. Tu n as point tardé que, etc. Tu nullam moram interposuisti, quin, etc. Il n y avoit chose qui luy tardast tant que de, etc. Nihil ei longius videbatur,… …   Thresor de la langue françoyse

  • tarder — (tar dé) v. n. 1°   Ne pas se hâter suffisamment de faire une chose. •   Souvent qui tarde trop se laisse prévenir, CORN. Rodog. IV, 7. •   Et que dans mon désert où j ai fait voeu de vivre, Vous soyez, sans tarder, résolue à me suivre, MOL. Mis …   Dictionnaire de la Langue Française d'Émile Littré

  • tarder — vi. , prendre du retard, mettre du temps, mettre longtemps, s attarder, se faire attendre : TARDÂ (Albanais.001, Annecy.003, Arvillard.228, Billième, Chambéry, Côte Aime, Montagny Bozel, Saxel.002, Thônes.004), C. é / u tarder târde (001,003 /… …   Dictionnaire Français-Savoyard

  • TARDER — v. n. Différer à faire quelque chose. On a trop tardé à envoyer ce secours. Il ne faut pas tarder un moment. La chose presse, que tardons nous ? Pour peu que l on tarde, on laissera passer l occasion. On peut dire Tarder de, mais l usage préfère… …   Dictionnaire de l'Academie Francaise, 7eme edition (1835)

  • TARDER — v. intr. Arriver tard; être lent à venir. Pourquoi avez vous tant tardé? Allez et ne tardez pas. Il a bien tardé en chemin. Il signifie encore Différer de faire quelque chose. On a trop tardé à envoyer ce secours. Il ne faut pas tarder un moment …   Dictionnaire de l'Academie Francaise, 8eme edition (1935)

  • Ne pas tarder — ● Ne pas tarder être sur le point de faire quelque chose, de se produire : Nous n allons pas tarder à partir …   Encyclopédie Universelle

  • Sans tarder — ● Sans tarder sans attendre davantage, tout de suite …   Encyclopédie Universelle

  • attendre — [ atɑ̃dr ] v. tr. <conjug. : 41> • atendre fin XIe; aussi « s appliquer, aspirer à, s occuper de », en a. fr.; lat. attendere « faire attention », de tendere I ♦ V. tr. 1 ♦ Attendre qqn, qqch. : se tenir en un lieu où une personne doit… …   Encyclopédie Universelle

  • demeurer — [ d(ə)mɶre ] v. intr. <conjug. : 1> • demourer, demorer 1080; lat. demorari « tarder », d où « séjourner, habiter » 1 ♦ Vieilli ou littér. S arrêter, rester en un lieu. ⇒ rester . « Demeurez au logis, ou changez de climat » (La Fontaine).… …   Encyclopédie Universelle

Share the article and excerpts

Direct link
Do a right-click on the link above
and select “Copy Link”